Anne-Marie Pascoli

Anne Marie Pascoli

SOIRÉE CRÉATION ET SOIN

2013

PRÉSENTATION

Soirée Recherche organisé par CitéDanse : Pour poser un regard et mettre en visibilité la rencontre entre la danse et une autre discipline. Qu’il s’agisse d’autres arts , des  sciences ou autres champs de la pensée, le corps se confronte à une grande diversité de langages,  par lesquels il continue de s’inventer. Sans forcément entrer dans une forme spectaculaire ou démonstrative, ces soirées se veulent des expérimentations où parole et pratiques se mêlent.

Jeudi 28 novembre 2013 à 20h

Studio Pascoli

163, Cours Berriat

38000 Grenoble

AVEC

Jean Arlot, ostéopathe et formateur,  Anne Garrigues, praticienne BMC et artiste chorégraphique, Anne-Marie Pascoli, chorégraphe, psychomotricienne, en formation d’ostéopathie (4ème année) et Hédi Zammouri, artiste chorégraphique


Une soirée comme première approche d’une thématique que nous avons choisi de nommer « Création et Soin » afin de laisser ouvert l’espace des différentes formes et expérimentations que cette association propose.
Dans le domaine de la danse contemporaine les pratiques somatiques ont trouvé l’adhésion d’un nombre croissant d’artistes, interprètes, chorégraphes, pédagogues et amateurs.
Il est aussi devenu familier de parler de culture à l’hôpital, de danse et handicap, d’art-thérapie. Dans cette première rencontre, nous essaierons d’aller au coeur de ce qui fait lien entre pratique artistique et pratique de soin, entre état de création et état de soin. Les invités de ce soir ont ceci de commun que le corps est au centre de leur pensée pratique quotidienne, qu’ils soient thérapeutes, artistes, voire les deux.
Nous resterons au plus près du vécu, du senti, du perçu, pour témoigner, questionner, explorer ensemble, ce mouvement commun au prendre soin : de soi, de l’autre, de l’entre, du créé.

Anne-Marie Pascoli


Issu d’un travail conjoint de verbalisation systématique de nos perceptions respectives lors de séances régulières, et d’une analyse comparative entre chacune d’elles, un dialogue fécond s’est instauré entre le danseur et le praticien, toujours obnubilé par ce que le soin fait au mouvement, et inversement.

Hédi Zammouri avec Jean Arlot



Où finit le métier d’artiste du mouvement et où commence celui de soignant de la personne ? L’être est au centre des deux préoccupations.
Prendre soin pour créer, c’est une préoccupation qui m’a beaucoup habité dans mon court parcours de danseuse interprète. Le chorégraphe peut-il ménager, dialoguer entre l’intime de chacun et les nécessités du tout? Peut-il soigner tout en créant ? Et en soignant devient-on créateur ?

Anne Garrigues

Retour en haut